Cela dure depuis la nuit des temps et ce n’est pas près de s’arrêter !

Le feu de Saint-Clair est sacré et personne ne s’aviserait de rater le rendez-vous fixé chaque année le 16 juillet à La Haye-de-Routot. Surtout pas les croyants, qui placent beaucoup d’espoir concernant le bon ou le mauvais présage qui découle de la chute de la croix, intacte ou non, du haut du bûcher, au moment de l’embrasement de la pyramide de bois de 15 m. C’est en 1999 que pour la dernière fois, la croix avait brûlé, juste avant la tempête…

« Dès 6 h, les 11 charitons qui composent notre confrérie, aidés par de nombreux bénévoles, s’emploient à monter les 3,5 m³ de bûches entreposés dans le cimetière. Si le bûcher a une base de 3 m, son sommet n’est large que de quelques centimètres. Pour opérer, nous utilisons une échelle de 17 m. Après, nous hisserons la croix », détaille Jacky Bordeaux, maître de la charité de La Haye-de-Routot depuis six ans, également président du comité des fêtes.

À partir de 11 ans, Jacky est devenu chariton dans son village et depuis, il entretient la tradition du feu de Saint-Clair en y participant activement. « Vers 14 h, nous aurons sans doute fini le montage de l’édifice à brûler. Nous mériterons alors un copieux déjeuner », considère le bûcheron-acrobate, qui, avec ses aides, a tout spécialement abattu le jour de la fête-Dieu le bois destiné à la combustion géante. En un mois, il a suffisamment séché et durant la messe qui aura lieu à 22 h, quatre charitons sortiront discrètement de l’office religieux pour aller disposer sous les fagots de bois de la paille pour la mise à feu.

Cette année, ce privilège reviendra à Christophe Bouillon, député de Seine-Maritime, et à Joëlle Fridakis, une habitante de La Haye-de-Routot tirée au sort sur la liste électorale de la commune. Au préalable, le bûcher sera béni par le prêtre de la paroisse.

 

Samedi 16 juillet 2016 – La Haye de Routot

En savoir +